Retour à la page d'accueil

Conférences

(Espace 1500, salle Dumesnil à 14h30)

Entrée 7€ - gratuit pour les adhérents (Carte adhérent : 55€)

 

 

27 septembre 2022 – VILLAGES DE FEMMES EN ARMENIE (ciné-conférence), par la réalisatrice Tamara                                                     STEPANYAN.

           Dans la campagne arménienne, un village se vide de ses hommes, partis gagner leur vie en Russie. C’est ainsi que dans une société patriarcale, les femmes, les enfants et les vieillards se retrouvent seuls pour gérer le quotidien. Une réalisatrice vient passer du temps dans ce village, pour raconter leur histoire et renouer avec ses racines.
          Village de femmes est un film tout en empathie, où les habitantes disent sans détour en quoi l’absence des hommes leur pèse. Un film ethnographique également, qui nous plonge dans une réalité que l’on observe en général dans un autre contexte, celle de l’émigration qui déstructure les individus, les familles, les sociétés.

 

4 octobre 2022 – LES EXPOSITIONS UNIVERSELLES, par Sylvain BOUCHET.

           Retracer l'histoire des Expositions Universelles c'est parcourir l’évolution de la société depuis le XIXe siècle à travers le prisme de l'industrie, de la technologie et des arts.

          Le spectaculaire héritage architectural et urbanistique (La tour Eiffel, le métro parisien, l'Atomium de Bruxelles...), révèle l'importance politique et géopolitique de ces grands événements.

Mais à l'heure d'Internet cette présentation du savoir est-elle encore pertinente?

          Comment ces Expositions enfantées par la Révolution Industrielle peuvent-elles encore faire sens dans un monde préoccupé par le développement durable ?

          Sylvain Bouchet illustrera la conférence à l’aide d’archives historiques et d’illustrations originales issues de son expérience à l’Exposition Universelle de Shanghai.

  

11 octobre 2022 – ORSAY, L'HISTOIRE DU GOÛT, par Damien CAPELAZZI.

           Le musée d’Orsay est une des institutions muséales les plus sensibles du monde, révélant magnifiquement l’art français et en particulier celui de son grand 19ème siècle. Cette superbe ancienne gare offre au visiteur une collection d’une richesse incroyable.
          Nous nous promènerons non seulement dans l’histoire des arts mais également dans l’univers de la sensibilité et du goût. Nous découvrirons également la formation insolite de la collection et comment l’art a su triompher de toutes les craintes et résistances en affirmant une expression de la modernité.

  

18 octobre 2022 – SANSON, bourreau de l'Ancien Régime et de la Révolution, par Jean-Michel DEREX.

           Que dit-il ? Que pense-t-il ? Je voudrais bien savoir ce qui se passe dans sa tête et s’il a regardé ses terribles fonctions uniquement comme un métier. Comment dort-il après avoir reçu les dernières paroles ou les derniers regards de toutes ces têtes coupées ? ». Louis-Sébastien Mercier, contemporain de Sanson, s’interrogeait ainsi en 1798.

          Il serait prétentieux d’essayer de répondre à semblables questions ; Charles-Henri Sanson, au cours de sa longue carrière, a « expédié » des centaines, sinon des milliers de condamnés par le fer, le feu, la corde et la guillotine. Il a exécuté Louis XVI, Marie-Antoinette, Danton et bien d’autres.

          Cette conférence est une plongée dans le fonctionnement de la justice d’Ancien régime puis révolutionnaire. On y explore les arcanes de pratiques mortifères et souvent expéditives, à la rencontre des responsables du sang versé en abondance sur les places de Paris.

La conférence est accompagnée d’une iconographie très abondante mais en rien choquante pour une personne sensible.

          L’auteur Jean-Michel Derex, docteur en histoire, spécialiste de l’histoire du XVIIIe siècle et de la Révolution, vient de publier aux éditions La Louve une biographie de cet homme que tout le monde croit connaître sans vraiment chercher à savoir qui il était.

          « Un ouvrage qui pourra désormais être mentionné comme une référence »

          Annales historiques de la Révolution française

  

8 novembre 2022 – LES VOLCANS ET LE CLIMAT, par Patrick MARCEL.

           Quand un volcan craque, le climat se détraque... 1816 est connue comme étant l'année sans été.

          Dans l'Ain, les blés destinés à l'approvisionnement de Lyon ont été bloqués. Des troubles importants, liés à la disette qui sévit, sont relatés sur les marchés de Montluel, Miribel et Thoissey. Dans le Jura, il n'y a pas eu de vendanges. 

          Quel lien existe-t-il entre le dérèglement climatique qui affecte notre région, et l'éruption cataclysmale du Tambora en Indonésie ? Cette enquête est l'occasion d'évoquer le lien entre volcanisme et climat.

  

15 novembre 2022 – Paul MORAND, par Christophe PAGET.

           Homme complexe et doué, observateur du monde et voyageur infatigable, Paul Morand fascine autant qu’il dérange. Ce “témoin littéraire” d’un XXème siècle en constant changement a passé sa vie a aiguisé son œil et sa plume sous le regard des plus beaux paysages comme des sociétés les plus hétéroclites. Retour sur la vie et l’œuvre d’un esthète pressé, entre l’ombre et la lumière.

  

22 novembre 2022 – QUENOTTE, UNE HISTOIRE DES RONGEURS, par Nicolas VINCENT.

          Entre science, mythologie et littérature, cette conférence retrace l'histoire compliquée des hommes et des rongeurs.

          Et les trésors d'ingéniosité de ces derniers pour conquérir le monde.

  

29 novembre 2022 – CHARLES BENJAMEN ULLMO – Matricule 2, par Philippe COLLIN.

           Ullmo est un déporté, il part pour l’île du Diable où il va rester quinze ans. Sur le navire qui le conduit en Guyane il croise le docteur Léon Collin médecin du bord. Les deux hommes qui sont officiers dans la marine se connaissent déjà et se sont rencontrés quelques années auparavant en Indochine. A nouveau le médecin photographie et témoigne. Ullmo vient d’être condamné pour trahison, à court d’argent pour ne pas perdre sa « Belle Lison » et continuer à acheter l’opium dont il ne peut plus se passer, il a tenté de vendre des secrets militaires aux allemands. Nous sommes en 1906 et Alfred Dreyfus vient tout juste d’être réintégré dans l’armée après avoir lutté durant plus de douze ans pour retrouver son honneur et que soit reconnue son innocence. Ullmo comme Dreyfus est juif, officier et accusé de trahison, mais lui, est coupable et ne cherche même pas à le nier, il va occuper dans cette « grande tombe végétale » qu’est l’île du Diable, la petite case de Dreyfus…
          Dreyfus portait le matricule 1, Ullmo, matricule 2 va rester quinze ans sur l’île.
Libéré en 1933, il recommence alors à Cayenne une vie d’homme digne et honnête, il va y travailler jusqu’à sa mort en 1957 comme comptable pour une société d’import-export. Grâce entre autre à l’intervention d’Albert Londres il est gracié en 1933 et donc relevé de sa peine de relégation. Il effectue deux voyages en métropole, le premier en 1934, comme il s’est converti au catholicisme, sa famille refuse de le revoir, le second en 1956 pour tenter de faire connaitre une nouvelle manière d’aborder la religion qu’il murit depuis ses années sur l’île du Diable. Mais sa vie

est désormais en Guyane.

          Perpétuel amoureux, après « la Belle Lison »,  en détention, il séduira la femme d’un surveillant puis à Cayenne vivra avec Clémence avec qui il adoptera deux orphelines. Discrètement tout le restant de sa vie, il viendra en aide aux libérés du bagne astreints à rester en Guyane et qui meurent de faim dans les rues de Cayenne.

          Le bilan de cette vie incroyable : avoir réussi à expier sa faute, cette erreur de jeunesse, en accepter la sanction démesurée, sans broncher et recommencer à vivre dignement.
          La vie d’Ullmo pourrait-elle convaincre a posteriori  les juges qu’ils se sont trompés en lui infligeant la peine la plus lourde, qu’il n’y a jamais eu trahison, mais bien une escroquerie loufoque de la part d’un jeune homme égaré, désemparé et dépendant de la drogue et de l’amour fou d’une femme.
          Un jeune homme unique victime de sa propre faiblesse.

Les fenêtres ouvertes par cette histoire sur le siècle :

-                  Les ravages de l’opium fin XIX° début XX° et la guerre de l’opium.

-                  L’explosion de l’antisémitisme avec l’affaire Dreyfus puis son influence sur le jugement d’Ullmo

-                  La place de l’antisémitisme dans l’armée

-                  L’ampleur de la prostitution à la « Belle époque »

-                  Les bagnes coloniaux et la démesure quasi systématique entre la faute commise et la peine infligée.

                                   

6 décembre 2022 – COSTA RICA, LA FIEVRE VERTE, par Alain BASSET.

          En quelques années, ce petit pays d’Amérique Centrale coincé entre Pacifique et Caraïbes a quitté l’anonymat pour devenir le champion de l’environnement. C’est aujourd’hui une vraie arche de Noé installée sur trois chaînes volcaniques toujours actives. Entre capucins à tête blanche, paresseux à 3 doigts et rainettes aux yeux rouges, le voyageur s’émerveille au milieu de forêts de nuages préservées. Cette nature foisonnante est malheureusement propice aux cultures d’exportation.

  

13 décembre 2023 – TRAVERSEE DE L'INDE A VELO, par Jérémie BONAMANT TEBOUL, (Conférence suivie de la vente de leurs réalisations : carnets, dessins, etc…).                                             

          Embarquez pour 1h30 sur le porte-bagages de Nathalie et Jérémie, A LA DÉCOUVERTE DE L’INDE !
          Offrez-vous un voyage à vélo… sans pédaler, sans bagage à transporter ni crainte d’être courbaturé, sans risque de rapatriement sanitaire, et sans souffrir du décalage horaire… !
Loin de l’image « carte-postale » souvent véhiculée, ils nous livrent un regard atypique et singulier sur ce pays pourtant maintes fois raconté.
          Pour le billet retour et l’atterrissage, nous déclinons toute responsabilité…

  

3 janvier 2023 – PERTE DU RHONE A BELLEGARDE, par Bernard CHIROL.

           Entre Genève et Lyon, on visitait depuis des siècles la Perte-du-Rhône, située sous Musinens, devenue Bellegarde-sur-Valserine (maintenant Valserhône dans l'Ain).

Comment un fleuve tel que le Rhône, le plus puissant de France, pouvait-il disparaître dans les entrailles du massif sud-jurassien, dans le canyon du Haut-Rhône ?

          C'est ce qui émerveillait les voyageurs en diligence, puis les passagers des débuts du rail.

Les poètes n'ont pas manqué de s'extasier et d'écrire leurs impressions romantiques sur ce gouffre dont le destin allait suivre l'évolution de la vallée industrielle de Bellegarde. Des auteurs anciens lui avaient consacré leurs pages mais cette attractivité n'a pas suffi à épargner ce site cher à l'alpiniste scientifique Horace Bénédict de Saussure, cher à Martel aussi, le pugnace père de la spéléologie française. Avant la Révolution Française, d'autres pionniers comme Léonard Racle, Thomas Riboud avaient essayé de l'explorer lors de contextes favorables. Jean-Marie Gay s'engouffra dans ces profondeurs un siècle plus tard. Là encore, un destin hors-norme. C'était au moment où l'industrie défigura ce lieu qui avait aussi donné son nom à une formation géologique fossilifère du Crétacé, avant que le coup de grâce au site ne soit porté en 1948 par l'engloutissement sous les eaux du barrage de Génissiat. Désormais, le silence règne sur la perte.

          Dans ce nouveau livre, Bernard Chirol vous propose une synthèse inédite sur un site chargé d'histoire, une forme disparue à nos yeux en même temps que le canyon du Haut-Rhône. La perte-du-Rhône appartient officiellement à l'Inventaire Géologique National.

          Sciences de la Terre, histoire, géographie, tourisme, industrie, aménagement, poésie et art se mêlent à l'aventure de l'exploration dans ces pages vous faisant traverser le temps.

  

10 janvier 2023 – TOUT UN MONDE SUR UNE PAGE, par Jean-Claude DOMY.

           Cette conférence montre l’apparition médiévale d’une forme de peinture trop souvent considérée comme mineure, la miniature. Celle d’Iran part des fresques et mythes de la culture perse antique, avec des transferts culturels peu connus venant de Chine, le tout dans un monde musulman qui a la fausse réputation d’avoir empêché toute représentation figurée. Les artistes ont dû conquérir un espace pour leurs « images », s’adapter aux contraintes politiques et religieuses, ils ont utilisé une multitude de solutions pour intégrer leur personnalité et exprimer leur époque. Il en résulte des œuvres colorées et structurées selon des règles totalement différentes de la peinture occidentale, mais profondément réfléchies, foisonnantes, significatives, philosophiques. Bref, un autre monde pictural à découvrir, parfois précurseur de certaines modernités occidentales.

  

17 janvier 2023 – L'AFFAIRE KARP – LE VRAI MEURTRE DE L'ORIENT EXPRESS,  par Gérard CHAUVY.

             Le vendredi 24 février 1950, la police autrichienne hérite d’une macabre découverte : le corps déchiqueté d’un homme tombé d’un train, tout près de Salzbourg. Et pas de n’importe quel  train : « l’Arlberg-Orient-Express ». La personnalité de la victime sur laquelle des papiers d’identité ont été retrouvés attire l’attention des enquêteurs : « capitaine Eugène F. Karp, attaché naval des États-Unis à Bucarest. »

          Ainsi commence une des affaires d’espionnage de la « Guerre froide »,  qui se déroule dans les luxueux wagons du célèbre « Orient-Express », dont le long trajet a souvent été emprunté par des agents secrets de puissances rivales.  Bien vite, on se convainc que la mort du capitaine Karp n’est pas accidentelle mais qu’il s’agit bien d’un meurtre lié au véritable rôle de la victime. Un meurtre plus vrai que celui imaginé par Agatha Christie, et qui devait inspirer un certain Ian Fleming, le père de James Bond…

  

24 janvier 2023 – LE PARFUM DANS LES ARTS, CE BEL INVISIBLE, par Cyril DEVES.

           Comment transposer un concept a priori abstrait, une sensation invisible sur la surface plane de la toile ou de la page ? Par quels procédés les artistes parviennent-ils à nous indiquer les senteurs ? Véritable enjeu plastique, les parfums participent à la compréhension des sujets représentés. Il s’agit d’aborder les œuvres par le biais des odeurs, une invitation à prendre une grande inspiration devant les œuvres d’art.

  

31 janvier 2023 – UNE SECTE DANS LA DOMBES : LE FAREINISME, par Alain GROS.

           Le « fareinisme » ou « bonjourisme » est né puis s'est développé à FAREINS, dans le val de Saône, sous le règne de Louis XVI. Ce mouvement, pour le moins étrange, ne naît pas spontanément. Il s'agit d'un épiphénomène issu d'une branche du jansénisme. Les premiers symptômes apparaissent en 1727 au cimetière de Saint-Médard à Paris où des dizaines de personnes sont saisies de convulsions autour de la tombe du diacre PÂRIS. Le même type de comportements étranges se retrouva plus tard en Provence, puis dans le Forez, puis enfin à Fareins au bord de Saône, dans les années 1780. L'archevêque de Lyon finit par condamner les actes plus que surprenants commis par les frères Bonjour.... Relèvent-ils de la superstition ? Du fanatisme ? Ou d'un simple dérèglement psychique ?

  

21 février 2023 – LES ANNEES MERKEL (2005 -2021), par Bruno BENOÎT.

          Angela Merkel a été chancelière d’Allemagne pendant 16 ans. Populaire, régulièrement réélue, elle a fait preuve de souplesse, de vision et de respectabilité. Avec elle l’Allemagne a prospéré et dominé l’Europe. Cependant, depuis son départ et l’échec de son parti la CDU, des critiques se font entendre.

  

 28   février 2023 – COMPRENDRE LES EGLISES MEDIEVALES, PREROMANES, ROMANES ET GOTHIQUES,                                            par Jean-Paul LEMONDE.

           Sur le mode de Fondation des églises médiévales du Ve au XIVe siècle

On ne voit que ce que l’on connaît !

          Si nous pouvons voir, apprécier et même admirer les églises de la période médiévale, nous le devons à la prise de conscience, au milieu du XIXe siècle, de l’intérêt que présentaient ces édifices tant au plan historique, qu’architectural et artistique. Les notions d’Art roman et d’Art gothique ont alors vu le jour, apportant à chacun la connaissance et entrainant de fait la sauvegarde de maints monuments voués jusque-là à la démolition. La démarche trop tardive pour sauver l’abbatiale de Cluny permit toutefois, in extremis, de sauver Notre-Dame de Paris… grâce à Victor Hugo !

          Les modes de construction, les styles d’architecture, les sculptures, les vitraux firent et font toujours l’objet d’études permettant de mieux connaître les techniques, les matériaux et les savoir-faire de l’époque et d’établir la chronologie de leurs évolutions.

          Et pourtant, au XIXe siècle, tout un domaine a été omis, oublié … Oublié le fait que les églises sont avant tout des temples chrétiens et qu’au Moyen-âge leurs concepteurs se sont attachés à les concevoir de façon à ce qu’elles s’accordent avec leur vision du Monde et avec leur croyance. Ils n’ont laissé aucun écrit sur la façon dont ils s’y sont pris. Certes, quelques bribes sont arrivées jusqu’à nous mais les meilleurs “documents“, les meilleurs témoins du rite fondateur primitif sont les églises elles-mêmes … Et elles se laissent lire sans grandes difficultés …

          Alors, je vous propose un voyage en des temps lointains, à la redécouverte d’une culture que nous avons oubliée … Les églises préromanes, romanes ou gothiques vous sembleront peut-être ensuite, je l’espère, bien différentes…

  

7 mars 2022  - LA PRUSSE SI MECONNUE VUE PAR EDGAR QUINET, « Nul n'est prophète en son pays »,                                           par Patrick SUBREVILLE.

           Cet historien oublié qu’est Edgar Quinet (Bourg-en-Bresse 17 février 1803 - Versailles 27 mars 1875) fut aussi philosophe, homme politique, poète, traducteur. Féru d’histoire de la Prusse, « terre de réformes » et de la « rêveuse Allemagne, terre des sentiments », amoureux de la Grèce et fin connaisseur du Christianisme, il vécut en grand républicain et voyageur, surtout outre-Rhin. Il élabora dès 1831 une grille d’analyse dont les évènements démontreront la pertinence. Elle repose sur la conviction que « la pensée profonde, continue, nécessaire et irrévocable » qui travaille ces États germaniques, est la réalisation de leur unité.

          Il ne cessera d’avertir Paris sur les dangers émanant de notre voisin germanique immédiat, mal à l’aise au cœur de l’Europe, entre deux grands pays difficiles à saisir, changeants et immuables : la France et la Russie. Il annoncera la venue d’un « être providentiel » qui, au XIXe siècle, réalisera cette unité allemande. La grande erreur de la France apparaîtra doublement: avoir méconnu longtemps la dynamique prussienne et le génie allemand et s’être cramponnée à la vision rassurante de Madame de Staël (1766-1817) privilégiant une «Allemagne des penseurs et des poètes ».

            Enrichie par l’apport humain, matériel et intellectuel des huguenots et des Allemands du nord et du sud, la Prusse nous a toujours égarés. Nous l’avons mal comprise, sans cesse cherchée à un demi-siècle de distance de la place où elle se situait réellement, tant son génie peu conforme au nôtre nous laissait peu de prise pour le saisir. Ah ! Si nous avions écouté Edgar Quinet !?

  

14 mars 2023 – AUX ORIGINES DE LA MUSIQUE OCCIDENTALE (2ème partie) :

                           LES GRANDES REVOLUTIONS DU 11ème SIECLE, par Didier PATEL.

           Après la brève renaissance carolingienne, c’est à l’ombre des monastères que se préparent deux révolutions qui vont déterminer toute l’histoire de notre musique : les premiers essais d’écriture et la polyphonie.

          Le réveil de l’occident à partir du 11ème siècle, va leur permettre de s’épanouir dans un premier élan, alors que la chrétienté « se couvre d’un blanc manteau d’églises », témoignage d’un retour au grand art monumental sans précédent depuis l’Antiquité.

  

21 mars 2023 – ROGER VAILLAND, JOURNALISTE ENGAGE ET RESISTANT, par Annie BUCHENOT

          Ce que lui- même appelait : les saisons de sa vie: jeunesse et surréalisme, journalisme et échec sentimental, engagement  dans la Résistance et au parti communiste, célébrité en 1957 avec le prix Goncourt pour " La Loi" et libertinage. Sa vie a été faite d'engagements et de ruptures et son œuvre n'a pas vieilli.

  

28 mars 2023 – CHEZ LES GUERISSEURS DE HAUTE AMAZONIE  PERUVIENNE, par Marc JAMET

           Mes différents séjours au Pérou de 1999 à 2001 m’ont amené à faire la connaissance d’un Centre thérapeutique de Haute Amazonie Péruvienne à Tarapoto, initialement et toujours destiné aux toxicomanes de la région du trafic de la cocaïne, et qui veulent s’en sortir.

Ce centre s’est ensuite ouvert à des scientifiques, des thérapeutes, des chercheurs et des personnes en recherche personnelle…C’est cette démarche de quête personnelle qui m’a amené dans le piémont Amazonien.

          C’est de ce parcours personnel dont il sera question durant cette conférence:

J’évoquerai les causes et circonstances qui m’ont amené à franchir ce pas vers l’inconnu ,et ce travail profond sur le corps, les émotions, le mental et l’esprit grâce à des techniques et des exercices de régénération physique et psychologique mais aussi grâce à des périodes d'isolement en forêt avec l’ingestion de plantes sacrées pour mieux s’ouvrir dans la solitude, à son "maître intérieur".

          Ces séjours pour majeurs qu’ils furent dans ma vie ne constituent pas à eux seuls une «initiation» complète mais un pas sur cette voie. La véritable connaissance "médico-ancestrale" de ces cultures ne s’acquiert qu’au terme de plusieurs années avec une intégration progressive du et dans le quotidien.

  

 4 avril 2023 - DU VENTRE DES BATEAUX ET ETALS ET ENTREPÔTS DE LYON AU 18ème SIECLE, 

                         par Gérard MOREL

           Le transport des marchandises et des voyageurs par le Rhône et la Saône dans l'espace Lyonnais au 18ème siècle.

Quelles sont les marchandises transportées par les bateaux sur le Rhône et la Saône aux 18ème siècle, leur quantité, leurs provenances et destinations, le nombre et le sens de circulation de ces bateaux dans l'espace fluvial lyonnais ?

Quelle est l’importance du transport de voyageurs par diligence d’eau et coches pour cette même période ?

 

25 avril 2023 -  LE RETOUR ATTENDU DE L'HOMME SUR LA LUNE, par Philippe DE LA COTARDIERE : (Ecrivain et journaliste scientifique,  ancien Président de la Société astronomique de France).                                                         

           De juillet 1969 à décembre 1972, six missions du programme américain Apollo ont, au total, permis à douze astronautes de marcher sur la Lune et d’accomplir la plus fabuleuse des aventures humaines réalisées à ce jour, tout en fournissant une incomparable moisson d’informations scientifiques sur notre plus proche voisine céleste. Puis, les restrictions budgétaires et de nouvelles priorités dans les programmes spatiaux ont stoppé l’aventure. Cependant, la Lune, malgré sa proximité, recèle encore de nombreux mystères, à commencer par celui de son origine.    De plus, pour de futures expéditions humaines vers la planète Mars, il serait extrêmement avantageux de pouvoir décoller de la Lune plutôt que de la Terre et d’exploiter certaines ressources in situ (minerais, gaz, glace d’eau…). Par ailleurs, une base permanente installée sur la face arrière de la Lune pourrait dans l’avenir constituer un observatoire de choix pour l’étude de l’Univers lointain. C’est pourquoi les grandes agences spatiales du monde prévoient désormais le retour de l’homme sur la Lune. Dans le cadre du programme américain Artémis de la NASA, devrait être déposé sur le sol lunaire dès 2025 un premier équipage, dont une femme, en prélude à des missions régulières et à l’installation d’une base habitée permanente. La Chine et la Russie ont de leur côté décidé de coopérer dans l’installation d’une base lunaire habitée permanente, qui pourrait entrer en service vers 2035

 

9 mai 2023  - Anton TCHECKHOV ou l'INTERMINABLE ATTENTE d'UN PARADIS PERDU (1860-1904),

                         par Yves JACQUET

           Tchekhov assiste à l'agonie d'un monde dont il saisit les derniers sursauts dans les tentatives de chacun pour exister. Sans héros véritable, sans autre artifice dramatique que le déroulement du quotidien, il fait de chacun de ses personnages le réceptacle de ses propres rêves inavoués.

          La vie de Tchekhov est à l'image de son œuvre immense par sa profondeur et son humanité : médecin des pauvres, porte-parole de la souffrance des bagnards en Sibérie puis de tous ceux qui brûlent « de savoir pourquoi nous vivons et pourquoi nous souffrons » ; « si seulement on pouvait savoir ! » Comme le soupire Olga dans les trois sœurs.

          Ce qui est visé par les récits, les nouvelles, le théâtre, et la correspondance de Tchekhov, ce sont les secrets du cœur humain, tapis derrière la banalité des apparences et des discours. C'est de la confrontation du malaise des existences individuelles que naît son immense compassion pour les hommes, rongés par leurs échecs et leur mal de vivre.

          « Et nous ? Nous ! Nous décrivons la vie telle qu'elle est, mais au-delà – ni à hue, ni à dia. Vous pouvez donner du fouet, on ne va pas au-delà. Nous n'avons d'objectifs ni proches ni lointains, un vide sidéral règne dans notre âme ». (Lettre de Tchekhov – 25 novembre 1892)

          Cette conférence servira d'introduction à la pièce de théâtre IVANOV.

Télécharger
OC Ambérieu 2021-2022 Programme détaillé
Document Adobe Acrobat 824.7 KB